Quelle beau cadeau ce cancer !

February 3, 2015

 

Quel beau cadeau ce cancer !

Ce n’est pas exactement comme ça que je pensais ce vendredi 29 janvier 2010 quand le médecin – après une mammographie – m’a annoncé un double cancer du sein. En plus il s’agissait d’un méchant cancer, carcinome invasif, celui qui se transmet par les hormones….qui envahit le foie, le cerveau, les os…

Je suis sortie avec des rendez-vous, dont un scanner, afin de savoir s’il fallait ablatir juste un sein ou les deux seins. L'opération était planifiée pour être effectuée très rapidement. Wow, j’avais l’impression qu’on m’avait passé dans un mixer. Vous savez, quelqu’un a appuyé sur le bouton et moi, je n’avais pas grande chose à dire. Pourtant… Pourtant il s’agissait de MA vie !

Rentrée à la maison, j’ai pensé à l’opération et immédiatement une vision de boucherie m’est venue. Une boucherie dans toute sa violence.

J’ai téléphoné à la clinique et j’ai tout annulé. Bien sûr que les médecins m’ont téléphoné en me faisant comprendre que je n’avais aucun espoir. Je les comprends. J’ai dû écrire une décharge aux médecins.

Me voilà, seule au monde. Je dis seule même si j’étais plus que bien entourée, car c’est une décision qui est tellement contre tout ce que nous offre la médecine, la société, que l’on se sent forcement seule.

Tout mon être, mon corps, mon cerveau, mon âme, chaque cellule était remplie de cette nouvelle information : j’ai un cancer !

Le premier geste était de faire pousser de la vie : j’ai mis à tremper toutes sortes de graines pour les faire germer, je les ai semées et quelques jours plus tard des pousses de blé, tournesol, radis, commençaient à remplir nos bords de fenêtres. Je pense que ces nouvelles vies étaient pour moi un gilet de sauvetage contre la possibilité de la mort qui était tout à coup devenue omniprésente dans ma vie.

En fait je me suis instantanément souvenue que 20 ans en arrière j’avais suivi un cours de Nourriture vivante (végétale) et à l’époque déjà, je savais que c’était la façon la plus juste de se nourrir. Avec cette alimentation on pouvait tellement stimuler le système immunitaire que la plus grande partie des maladies avaient du mal à résister à cette forme d’oxygénation par la chlorophylle. À l’époque, j’ai même cherché une personne cancéreuse pour lui proposer de la soigner avec des pousses. Je n’ai pas trouvé. Et là, ce fameux vendredi j’ai dit à Philippe : "Tu sais, j’ai trouvé "la folle" pour essayer si ça marche".

Bien sûr que j’étais demi-morte de peur, de colère, de tristesse, et surtout de honte, honte de cette imperfection qu’est le cancer qui voulait ronger mon corps. D’où venait ce cancer? Je me nourrissais déjà sainement, j’enseignais le Kundalini yoga, j’étais entourée d’une famille merveilleuse. Et pourtant je savais déjà que c’était moi, et moi seule qui avait produite ces cellules malades. Pas tellement par ma façon de vivre, qui comprenait déjà un respect de mon corps, mais ma façon de penser. Mais comment changer sa façon de penser…..je ne savais que faire.

Le stress de la diagnose avait fait doubler la taille des tumeurs dans mes seins. Cela m’a fait réaliser que la façon de nous informer du cancer et autres maladies pourrait évoluer. À AUCUN moment on m’a demandé si je VOULAIS être opérée, ou si je souhaitais réfléchir. Il y avait une urgence évidente.

Et c’est précisément cette urgence qui créé ce stress. En sachant que peut-être ce cancer est là depuis 5 ans, ou depuis 20 ans, qui sait, je ne comprends pas cette urgence. Et par conséquent, c’est le stress qui fait avancer avec grands pas le cancer. J’en suis la preuve vivante. Les tumeurs grossissaient et j’avais une inflammation dans les deux seins. D’où venait cette inflammation ? Mon médecin - médecin de famille qui me soutenait - disait que cette inflammation était un cadeau, car cela montrait que mon corps réagissait à cette abondance d'oxygène que me procurait la nourriture vivante. Les cellules malades détestent l’oxygène! La nuit quand je sentais la température de mes seins monter à je ne sais quelle température, je m’accrochais à cette information et remerciais mon corps de cette réaction, même si c’était un peu contre- cœur au début!

Et puis je commençais à visualiser avec la méthode de docteur Carl Simonton. J’ai trouvé un autre médecin, qui me soutenait aussi et me soignait avec des sons de bols planétaires. J’ai aussi fait de la kinésiologie, de la guérison chamanique. Par ces différentes approches je cherchais à modifier mes formes-pensées.

J’étais entourée par ma merveilleuse famille qui croyait en moi, ces thérapeutes, mes amis, mes élèves. Je baignais dans l’amour et confiance. C’est ce soutien incroyable qui m’a permis d’avancer sur ce chemin solitaire.

Le régime cru rend l’esprit clair. Grâce à cela, j’ai trouvé une autre dimension dans la méditation. Petit à petit, je commençais à voir plus clair. La méditation a la capacité de détoxiquer notre cerveau pour l’aider à se souvenir de sa capacité d’auto-guérison dont il est muni depuis notre naissance.

Au début j’étais pressée de guérir car j’avais des jours de doutes bien sûr. Toutes les semaines il y avait une connaissance ou ami d’un ami qui décédait suite à un cancer. Qu’est ce qu’il fait que tellement de gens meurent tous les jours de cancer ? Pourtant ils reçoivent les meilleures soins : on extrait la tumeur, on tue les restes éventuelles, on prend en plus des médicaments pendant des années… Et pourtant… Ces résultats après des décennies de recherches, et on en meurt encore plus qu’avant.

Depuis, j’ai compris qu’il faut être vraiment fort, très fort physiquement et psychiquement pour résister à ces traitements lourds. Ces traitements nous rendent souvent si malades que c’est difficile de vouloir continuer à vivre. Or, c’est justement la chose qui nous sauve finalement : l’envie de vivre. Une passion, une mission. Cette information doit être inscrite profondément en nous car très facilement il y a une partie de nous qui trouve que la vie est difficile, trop difficile.

Plus le temps passait plus je devenais sereine et quand j’ai finalement compris que je n’étais pas pressée, ma vie a changé ! J’ai réalisé que grâce à la nourriture crue et la méditation régulière et le fait que j’étais consciente que je devais changer quelque chose j’étais en meilleure santé que je ne l'ai jamais été, dans mon corps et dans mon esprit. Et progressivement j’ai réalisé que ma façon de voir les choses, les gens, le monde avait commencé à changer, c’est comme si je voyais de l’amour là où je l’avais pas vu avant. En fait, progressivement je commençais à voir l’amour partout. Quand on voit de l’amour partout on ne peut plus être dans le jugement et on ne peut plus avoir peur. Alors la confiance en la vie devient absolue. Et alors je savais que j’allais guérir!!

Au moment où je savais que j’allais guérir les tumeurs ont commencé à diminuer et l’inflammation s’est calmée. Ce qui est important et intéressant est qu’à aucun moment je n’étais malade, j’ai continué à travailler et la qualité de ma vie allait en s’améliorant chaque jour.

Puis, j’ai pu réaliser un de mes rêves, je suis partie à Hippocrates Institute à Floride. C’est la Mecque de la nourriture vivante. C’est un endroit de rêve fréquenté par une clientèle très variée, pour se guérir d’un cancer ou autre maladie ou tout simplement pour se détoxiquer. Il est dirigé par un couple merveilleux, passionné et professionnel, Anna-Maria et Brian Clement. Là-bas j’ai surtout appris que un cancer ce n’est rien, ça vient et ça passe, cette légèreté m’a fait vraiment du bien. Cette légèreté a comme effet de diminuer le stress et la peur, donc effet guérissant.

C’est comme si ma vie avait retrouvé ses couleurs initiales. Le jour où je mourrai, demain ou dans 50 ans, je mourrai guérie. Cela est un cadeau inestimable pour moi. Le passé a perdu son importance et l’avenir aussi. Et le présent a pris sa dimension initiale. Le présent que vit un enfant. Le présent est redevenu vie et la vie est redevenue présente.

Aija, Lausanne Suisse 12.10.2012

Pour aller plus loin :

www.hippocratesinstitute.org

A lire :

Tous les livres de Dr Brian Clement et aussi Dr Christian Tal Schaller et Dr Carl Simonton

Boris Sirbey : La vérité sur le cancer que la médecine ne vous dit pas encore

David Servan-Schreiber : Anticancer, Guérir

Beate Bishop : Guérir Incurable (un véritable thriller truffé d’humour)

Les livres sur le Jeûne et La Cure de Raisin de Johanna Brandt

A écouter:

Émission Radio invitée par Bruno Soriano

 

 

Tags:

Please reload

Featured Posts

Quelle beau cadeau ce cancer !

February 3, 2015

1/1
Please reload

Recent Posts
Please reload

Aija a enseigné la maîtrise du corps pendant 15 ans et le Kundalini Yoga depuis 2006. Les stages sont une continuité de son enseignement enrichie de son parcours personnel à découvrir dans son blog

Email : yogaija@gmail.com

Suivez-nous sur Facebook
  • s-facebook